Hachette, novembre 2019, 271 pages

 

Charlie est gay, ce n’est un secret pour personne dans son lycée. Après de nombreuses années de harcèlement, il est enfin accepté par ses camarades. Lors d’un cours commun, il fait la rencontre de Nick, beau grosse du lycée. Les deux jeunes hommes sont très différents : l’un est timide et discret, tandis que l’autre est le meilleur pote que chacun veut. On dit souvent que les opposés s’attirent et c’est bien leur cas. Chacun voit ses sentiments évoluer, changer. Comme si cette amitié levait le voile sur leurs vraies attirances sexuelles.

 

1

     Heartstopper est un peu le roman graphique facile. Un gay tombe amoureux d’un hétéro, un peu trop cliché vous ne croyez pas ? Le dessin est léger, rien de bien travaillé. Nick a une mâchoire XXL, à croire que tous les hétéros sont comme ça ! Bah oui c’est bien connu, les gays ont un visage bien féminin. Cela m’a un peu rendue chafouine ! Ça commençait mal ! Faisant abstraction des dessins ou du moins de ce détail, j’ai lu et apprécié cette histoire gentillette et touchante. Quoi, vous êtes étonnés après mon tacle ? Mince alors un peu d’amour dans ce monde de brut, je ne crache pas dessus ! Car oui, le racisme envers les homosexuels est bel et bien présent, arrêtons de se cacher derrière de belles paroles. Ici, il est question de tolérance et d’acceptation. Nombre d’ados se retrouveront dans ce texte je pense. On ne souhaite que du bien à nos deux protagonistes parce que l’amour triomphe toujours mais le tome 2 en décidera peut-être autrement…