16 novembre 2018

Asta- Jon Kalman Stefansson

Grand Prix des Lectrices Elle 2019 Grasset, septembre 2018, 491 pages      Sigvaldi chute de son échelle. Inerte au sol, il se remémore son existence, à commencer par sa fille, Asta, nous replongeant dans les années 50 en Islande.        Difficile de rentrer dans ce roman qui pourtant s’annonçait prometteur selon certains blogueurs. Trop d’allers-retours entre les époques, trop de personnages. J’ai erré tel un zombie-lecteur (oui j’aime inventer des termes bizarres !) à travers ce puzzle... [Lire la suite]

25 octobre 2018

Quand Dieu boxait en amateur- Guy Boley

Grasset, août 2018, 176 pages      Au décès de son père, Guy Boley décide de lui rendre hommage en écrivant son histoire. « Car c’était lui, mon père, qui fut tout à la fois mon premier homme, ma première parole, ma première étincelle et ma première aurore. » Celle de ce gamin, vivant à Besançon, au côté de son ami Pierrot. Ce duo passionné de lettres n’aura pas le même destin. L’un sera forgeron dès ses 14 ans et l’autre sera abbé. Jamais ils ne se quitteront allant même jusqu’à collaborer dans une... [Lire la suite]
21 juin 2018

La petite fille sur la banquise- Adélaïde Bon

Grasset, mars 2018, 252 pages      La petite Adélaïde a été violée à l’âge de 9 ans. Ce jour-là fera d’elle une enfant échouée sur la banquise luttant contre les méduses. « Elle souffre de son isolement forcé et de son manque de sincérité en famille, mais elle ne sait pas franchir l’océan des larmes contenues. » Une atroce souffrance qu’elle traînera jusqu’à cet appel, 23 ans plus tard, la brigade des mineurs aurait un suspect. « La vie n’abandonne jamais, au tréfonds des océans, dans les ténèbres,... [Lire la suite]
26 mai 2018

Apprendre à lire- Sébastien Ministru

Grasset, parution janvier 2018, 157 pages        Antoine est directeur de presse et vit avec Alex. Sa préoccupation ou plutôt sa hantise du moment est que son père de 83 ans oublie de refermer le gaz. Alors il veille sur lui, comme il peut. Leur relation a toujours été complexe et difficile depuis le décès de la mère, ne sachant se parler, chacun se braque dans son coin. « Alex, avec qui je vis, a fini par renoncer à critiquer cet homme dont il dit qu’il m’a tant fait souffrir et dont je ressens, plus que... [Lire la suite]