10 mars 2019

La guerre en soi- Laure Naimski

Belfond, février 2019, 136 pages        Elle s’appelle Louise. À 56 ans, elle enterre son fils, se relevant à peine du décès de son mari quelques années auparavant. Louise veut comprendre pourquoi son fils a fugué et disparu de sa vie du jour au lendemain, se livrant corps et âme au sort des migrants. «  - C’est la guerre et la misère qui m’ont pris Paul. Ce sont ces hommes qui fuient la guerre et la misère qui ont pris mon fils. Ils sont arrivés jusqu’à nous sans que nous puissions les contenir, pareils à... [Lire la suite]
Posté par heliena-gas à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

13 avril 2018

Plus jamais seul- Caryl Férey

Gallimard Série noire, parution janvier 2018, 319 pages        McCash, la cinquantaine bien tassée, se retrouve en compagnie d’une gamine de 12 ans. Pas n’importe laquelle. Alice est sa fille, issue d’une de ses histoires volages, il en a la charge depuis le décès de sa mère, atteinte d’un cancer. « Comment lui, l’homme qui pourrissait sur pied, le condamné volontaire, démissionnaire et nihiliste, s’occuperait-il d’une orpheline pré-pubère qu’il ne connaissait pas ? » Pour passer le temps d’un été... [Lire la suite]
27 mars 2018

Changer l’eau des fleurs- Valérie Perrin

Albin Michel, mars 2018, 555 pages        Babelio m’a proposé le second roman de Valérie Perrin en masse critique privilège. Pour être honnête je ne connaissais pas cette auteure et le titre que je jugeais un peu trop à l’eau de rose ne m’attirait guère. Ô la malheureuse que je suis aurait été bien stupide de le refuser. Une fois lancée dans ma lecture je ne l’ai plus lâchée.        Violette est garde-cimetière, non non ne flippez pas car c’est tout ce qui fait son charme. C’est une femme... [Lire la suite]
16 février 2018

Tina- Christian Laborde

Éditions du Rocher, parution janvier 2018, 122 pages        Léontine = Tine = Tina, est tout à la fois en étant une personne unique. Sa chevelure flamboyante attise les regards et la curiosité, en lui donnant des airs de Veronica Lake. Lui reprochant d’avoir aimé un allemand, les tondeuses allemandes sont à sa poursuite. «  Comment leurs mains, armées de tondeuses, n’ont-elles pas tremblé lorsque les chevelures qu’ils soulevaient leur ont laissé entrevoir un chemin où se perdre, ont offert à leurs narines... [Lire la suite]