Casterman, septembre 2020, 349 pages

 

2086. La dernière humaine sur terre meurt. Seuls subsistent les animaux qu’elle embarquait avec elle dans son « Arche de Noé ». Une trentaine d’animaux : chimpanzés, geais, éléphants, lions… échouent ainsi sur la côte mexicaine. Livrés à eux-mêmes, ils vont devoir vivre ensemble. Proies ou prédateurs font route à la recherche d’éventuels humains.

 

124967399_368349057579674_8362450064914625697_n

N’ayant entendu que du bien sur ce roman par ma libraire (oui oui toi !) il fallait que je lise le premier roman ado de Camille Brunel. (Je tiens à préciser qu’aucune torture n’a été nécessaire :)). J’avoue que les romans d’anticipation ne sont pas ma tasse de thé, ça commençait mal. Et puis, des animaux en protagonistes mais quelle idée !

Ce fut une lecture un peu (beaucoup) particulière. L’humaine que je suis a besoin d’humains dans ses livres. Jusque-là c’est presque logique. Mais j’avoue, et là j’entends ma fameuse libraire dire « ahhhhh » que sortir des sentiers battus est assez intéressant. Et je suis servie avec Camille Brunel.

C’est une lecture lente car leur périple est long. Et quelque part j’ai préféré cela pour mieux cerner les animaux et ils sont nombreux (mes notes sous la main). En effet, Camille Brunel leur donne vie et pourquoi pas un peu d’humanité. Ces animaux vivaient dans un cirque, élevés par des Hommes, domestiqués. Leur part de sauvagerie est-elle toujours aussi présente ? Domine-t-elle ? Je me pose, prend le temps de lire et de comprendre le cheminement de l’auteur dans la construction du récit.

Un roman où l’on observe et s’interroge sur l’espèce animale et son rôle sur Terre.