Rageot, février 2020, 283 pages

 Une lecture commune avec Céline dont je vous invite à lire son avis sur son blog HashtagCéline 

Mon avis

Romane et Jules sont étudiants en sociologie. Chacun y va de son idéal mais leurs points de vue divergent. Ces deux jeunes se cherchent dans cette réalité de vie qu’ils se prennent en plein visage. Pour eux il est temps de passer à l’action.

« Chacun vit pour soi sans se préoccuper des autres. On a notre cercle intime, les très proches, et le cercle élargi de ceux qu’on voit davantage sur les réseaux sociaux qu’en vrai. Le reste du monde peut aller se faire foutre. Ou mieux : disparaître. Ne pas exister. Que la présence sur nos trajets quotidiens de ceux qui survivent à côté de notre société policée ne vienne surtout pas bousculer notre confort. On ne les regarde pas. Je ne les regarde pas. Je détourne les yeux, gênée. Ou du moins, c’est ce que je faisais avant. »

 

86776615_228854338248039_1260934151075266560_n

     À la lecture des 50 premières pages l’intrigue me plaisait assez. Le thème des sans domicile fixe était cohérent avec le parcours scolaire de nos protagonistes et fort intéressant. Comment se positionner face à ce problème de société ?  Je me suis dit que cette lecture allait être émouvante et questionnante. Hélas, le fil narratif s’échappe, s’éloigne en abordant beaucoup trop d’autres thèmes : l’homosexualité, l’endométriose, la drogue, la famille… Je suis larguée, trouvant les sujets peu approfondis. Je n’ai pas compris pourquoi les auteurs avaient fait ça. Peut-être l’envie de tout traiter pour mieux sensibiliser les jeunes lecteurs. J’ai fini par survoler le texte, déçue et la fin ne m’a que peu surprise. Je ne doute pas qu'il trouvera son lectorat :)