Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
14 novembre 2019

Swimming pool- Sarah Crossan (traduit par Clémentine Beauvais)

Rageot, 231 pages, mai 2018

Kasienka est polonaise et elle vient d’arriver avec sa Mama à Coventry (Angleterre). Elles y sont venues dans l’espoir de retrouver Tato, le père, enfin c’est surtout la maman qui veut absolument le récupérer. Le point de vue de Kasienka est tout autre.

« Je voudrais tant que Mama abandonne.

            Qu’elle arrête de me trimbaler avec elle

            Comme un dictionnaire humain. »

En Angleterre, la vie est bien différente de la Pologne, ici Mama fait du ménage dans un hôpital pour subvenir à leurs besoins et Kasienka est en sixième et se sent bien seule dans cet immense collège.

« Quoi que je porte,

J’ai toujours l’air différente.

Mes vêtements sont trop épais-

Ça, je le sais.

Je n’ai pas de style,

Je ne vois jamais ce qui cloche chez moi. »

Et des petites pestes mènent la vie dure à Kasienka, l’humiliant et la persécutant aux yeux de tous sans aucun remord.

« Je suis une renarde entourée d’une meute,

Elles vont me dévorer et recracher la graisse. »

Heureusement, il y a Kanoro, leur voisin de palier, pour les guider dans cette jungle anglaise. Médecin de profession, il aide au mieux les deux femmes pour qu’elles ne manquent de rien. Et puis, il y a William, dans l’équipe de natation du collège…

« Il est assis au bout du plongeoir,

Il me regarde.

Cinq longueurs,

            Six longueurs,

                        Sept longueurs,

                                   Huit longueurs,

Et quand j’arrive juste en-dessous de lui,

Au bout du grand bain,

Il se lève, étend les bras,

Et comme un épervier en chasse,

Plonge dans l’eau,

Sans effort. »

 

     L’année dernière, j’ai pu lire Inséparables de Sarah Crossan, traduit par Clémentine Beauvais qui fut pour moi un immenseswimming coup de cœur. Un roman qui m’a fait rire et pleurer par sa beauté d’écriture en vers libres et ses thèmes abordés comme la différence, la tolérance, l’identité, la maladie et le regard des autres.

     Je redécouvre la plume de cette auteure dans Swimming Pool, toujours en vers libres pour mon plus grand bonheur. Et une fois encore, les poèmes qui composent ce roman abordent des sujets sensibles tels que l’immigration, les a priori, les jugements trop hâtifs,  la filiation, le rejet, le déni et bien sûr l’amour.

 

« L’amour c’est quoi ?

L’amour c’est             Wow

L’amour c’est             Irradiant

L’amour c’est             Lancinant

L’amour c’est                         Lumineux

L’amour c’est             Impérieux

L’amour c’est             Angoissant

L’amour c’est                         Miraculeux »

 

     Sarah Crossan détient le pouvoir de la plume poétique. Vous vous dites : qu’est-ce que c’est ? Eh bien, elle parvient à nous émouvoir avec ses mots si justes et si beaux, touchant ainsi notre petit cœur avec son lyrisme sensuel. Une lecture comme on aimerait en rencontrer plus en jeunesse.

     Vous l’avez compris, Swimming Pool est une lecture forte, poignante, prenante, intense, sensible mais surtout unique en son genre, qui ne s’oublie pas de sitôt.

     Un grand bravo, encore et encore à Clémentine Beauvais qui retranscrit si bien les textes de Sarah Crossan. La beauté du texte transparaît magnifiquement bien.

     Swimming Pool ou mon gros coup de cœur 2018…c’est sûr !

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité