Diva romance, mai 2018, 221 pages

 

     Ivana est de retour. L’héroïne de (Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire nous étonne encore dans un second tome.

     La voilà mariée à Bruno, mère de jumeaux et belle-mère de Lola. On pourrait croire qu’elle nage en plein bonheur mais n’allez pas croire cela. Son mari est un bourreau de travail et est souvent absent. Et pour couronner le tout, Martha sa boss lui confie une mission à Poitiers, il va donc devoir quitter le domicile conjugal à la semaine, ç’en est trop pour Ivana. « Ce que cette période de célibat, même courte, m’a enseigné, c’est que l’on n’est pas obligé d’attendre l’amour pour se réaliser et s’affirmer. L’amour est un joli bonus, cette main qui peut se tendre et nous accompagner sur un bout de chemin. Mais il n’est pas la condition sine qua non au bonheur ni à l’épanouissement personnel. » Cette mère de famille tente de faire face et avec des jumeaux branchés sur du 100 000 volts ce n’est pas simple tous les jours. Heureusement, elle peut compter sur sa belle-fille, très présente mais dont les doutes et les chagrins d’amour ne vont pas épargner. Au milieu de cette vie de folie Ivana s’épanouit avec son roman, celui qu’elle a écrit d’après son expérience avec les sites de rencontre. Elle est d’ailleurs contactée par un certain Jérôme, animateur radio, au charme hypnotique, ne laissant aucune femme indifférente. Et si Ivana acceptait son offre ? Co-animer une émission, un rêve. Après tout, Bruno est bien avec sa Martha, alors…

 34123105_10216506391038259_528209418957881344_n

     J’ai beaucoup aimé le précédent roman de Stéphanie Pélerin, c’est donc en toute logique que j’ai lu celui-ci. Merci aux Éditions Diva Romance. Ivana est (toujours) aussi attachante, (toujours) aussi déterminée. C’est une femme forte à la carapace « Hansaplast ». Et oui, elle n’a pas de supers pouvoirs comme dans les films mais elle assure grave quand même. Cette mère/femme/fille/amie, autant de facettes pour tout l’amour qu’elle donne à chacun. « Ça demande de réussir à faire de la place à l’autre sans jamais oublier son individualité. Et quand on a des enfants, c’est encore plus compliqué. Ne pas oublier d’être une femme quand tous les neurones disponibles sont accaparés par le fait d’être mère… » Stéphanie Pélerin nous dresse un joli portrait de femme active qui n’hésite pas à se positionner et à remettre en question sa carrière professionnelle. Même pas peur ! Un roman qui fait du bien, se lit sans prise de tête, dans un style parfait pour la détente au soleil, sur la plage avec un cocktail.

     Dites-moi Stéphanie, juste entre nous, promis je ne répète pas, y aura-t-il un troisième tome ???