Folio, parution juillet 2016, 234 pages

 

     Nous démarrons ce roman avec une femme trompée par son mari. « Je suis désolé, ma chérie, je l’ai sautée par inadvertance. » Sans grande surprise celle-ci veut se venger. Comment ? Sa réflexion n’est pas longue, elle décide de l’éliminer, plus précisément en l’empoisonnant avec un plat de raviolis préparé par ses bons soins. De là vont s’enchaîner des scènes, des allers-retours, des bribes de souvenirs.

 

23666537_10214798761188580_559419731_n

 

     C’est un roman à tiroirs où le lecteur est tenu en haleine avec de courts chapitres. J’ai bien pensé me perdre à travers toutes ces petites histoires. Où voulait en venir Pierre Raufast ? Et puis, tout s’enchaîne en enfilades. Le puzzle se construit pour en revenir à ce fameux plat de raviolis.

« Un roman gigogne d’une inventivité rare, qui nous fait voyager dans l’espace et le temps. »

 

     J’ai découvert Pierre Raufast avec son troisième roman La baleine thébaïde’ (et oui je suis illogique !) un auteur à la plume folle, sans être péjorative, au contraire j’adore, il se démarque d’une littérature classique et j’ai hâte de lire ‘La variante chilienne’.

     Roman lu dans le cadre de l'objectif PAL d'Antigone.

14317427_695066973974398_7827091022049449546_n