Cheyne

Parution octobre 2015, 109 pages

 

pipi les dents et au lit

 

Sous une forme très poétique nous partageons le quotidien d’une mère de famille. Jouets, bisous, vaisselle, pleurs, réveil, neige, cauchemar, travail, pipi, école, ronflement, chat, grossesse, vacances, linge,…… tout y passe.

Une magnifique couverture cartonnée avec des pages d’un vert acidulé à l’intérieur.
Merci à Sabine pour cette belle découverte. Le blog du petit carré jaune vous en parle magnifiquement bien.

 

" Pipi, les dents et au lit" Laetitia Cuvelier

Y'a école demain ? " Ce livre, je le dévorais des yeux depuis un bout de temps. Je tournais autour. Une envie de le toucher, de le lire. Une couverture superbe. Un format mystérieux. Du vert à l'intérieur. Et surtout un titre qui me titillait, à la limite du réducteur, du régressif à souhait.

http://lecarrejaune.canalblog.com

 

Extraits

« Tu m’as dit

Je t’aime

Tu m’as dit

Je suis heureux

De t’avoir rencontrée

Tu m’as redit

Je t’aime

Et j’ai trouvé

Que ces mots

N’étaient pas ridicules. »

 

« J’arrive pas à dormir

Viens faire un câlin

 

J’arrive pas à dormir

Remonte te coucher

J’arrive pas à dormir

Viens faire un câlin

Et remonte te coucher. »

 

« Je pleure

Comme une madeleine

De savoir que ma fille pleure

Comme une madeleine

De savoir que je pleure

Comme une madeleine. »

 

« Ma fille m’a dit

C’est beau la vie

Quand tu souris

Maman

Et j’ai eu envie de pleurer. »

 

« Mon garçon m’annonce

Quand je serai grand

Je t’abandonnerai

Mais faut d’abord que j’apprenne

A faire la cuisine. »

 

« J’ai appelé mon garçon

Pour lui dire au téléphone

Que ce sera un petit frère

Il a répondu

Tu me le passes ?

J’ai un truc à lui dire.

Ce soir je me demande toujours

Quel est ce truc

Qu’il avait à lui dire. »

 

« Dans les étoiles filantes

L’important

Ce n’est pas les vœux

Mais les étoiles filantes

Je soupçonne le vœu

De ma fille

De n’avoir pas été réalisé. »

 

« Je mesure ma fatigue

Quand ce sont les enfants

Qui me couchent. »

 

« Cet enfant qui pleure

La nuit

Ce papa qui dort

Et qui n’entend rien

La vie n’est pas toujours

Bien faite. »